Logo Marie-Claire Raoul
Logo Marie-Claire Raoul
  • NEVER MADE IT BACK, broderie sur canevas, d'après la couverture du «Time» du 29 mai 2000, photographie de Robert Capa, D-Day, Marie-Claire Raoul

    NEVER MADE IT BACK, broderie sur canevas, d'après la couverture du «Time» du 29 mai 2000, 200cm*100cm, février 2007

  • NEVER MADE IT BACK, broderie sur canevas, d'après la couverture du «Time» du 29 mai 2000, détail, Marie-Claire Raoul

    NEVER MADE IT BACK (détail), broderie sur canevas, d’après la couverture du «Time» du 29 mai 2000, 200cm*100cm, février 2007

  • Time 29 mai 2000, © Robert Capa, D-Day, Omaha Beach, normandie, aplat noir, Marie-Claire Raoul

    GREATEST GENERATION, à partir de la couverture du Time du 29 mai 2000 utilisant une photographie du D-Day de © Robert Capa, monochrome noir sur blanc, 3 mars 2007

  • Couverture du Time, 29 mai 2000, © Robert Capa, D-Day, Omaha beach, Normandie, bitmap, Marie-Claire Raoul

    GREATEST GENERATION bitmap, à partir de la couverture du Time du 29 mai 2000 illustrée d’une photographie de © Robert Capa du débarquement sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 des armées alliées, monochrome noir sur blanc, 3 mars 2007

  • [NEVER MADE IT BACK] vue d'exposition, Milizac, février 2011, Marie-Claire Raoul

    [NEVER MADE IT BACK], vue d’exposition, Milizac, février 2011

  • [NEVER MADE IT BACK] vue d'exposition, Milizac, février 2011, Marie-Claire Raoul

    [NEVER MADE IT BACK], vue d’exposition, Milizac, février 2011

  • [NEVER MADE IT BACK] vue d'exposition, Milizac, février 2011, Marie-Claire Raoul

    [NEVER MADE IT BACK], vue d’exposition, Milizac, février 2011

NEVER MADE IT BACK

Le 5 juin 2000 Franck prend de nouveau l’avion à Salt Lake City pour rentrer à la maison. Dans l’avion, il lit l’hebdomadaire « Time » du 29 mai 2000 et le quotidien « Le Monde » qui sont à sa disposition.

Le Time magazine du 29 mai 2000 est une édition spéciale « memorial day ». Aux États-Unis, le « memorial day » est célébré chaque année lors du dernier lundi du mois de mai. À l’origine, institué pour rendre hommage aux hommes et aux femmes morts pendant la guerre de sécession, le jour du souvenir rend aujourd’hui hommage à tous ceux qui sont morts pour la patrie.

«Time» du 29 mai 2000

« Time » du 29 mai 2000

La couverture du Time est séparée en deux parties. Celle du haut est imprimée d’un extrait de lettre écrite par un soldat américain mort lors du débarquement à Omaha Beach, en Normandie, le 6 juin 1944.  Celle du bas est illustrée d’une des célèbres photographies de Robert CAPA prises au cours de cette opération. La partie centrale qui relie les deux images est divisée en 3 bandes respectivement bleue, blanche, rouge. Sur la première bande rouge est inscrite la phrase : « CORRESPONDANCE FROM SOLDIERS WHO NEVER MADE IT BACK », sur la deuxième bande blanche : « LAST LETTERS HOME », sur la troisième : « PLUS TOM BROKWAY REVISITS THE GREATEST GENERATION ».
Ainsi, lors de son voyage, le père d’Alix est confronté au destin tragique des soldats américains partis en France en juin 1944 pour ne jamais revenir. L’Histoire réactualisée révèle les relations complexes entre deux nations. Quel prix doit on payer pour la liberté ? Doit-on oublier pour continuer à vivre ? À quel moment les mythes s’effritent ou au contraire se cristallisent ? Qui est redevable de qui ?
L’installation « NEVER MADE IT BACK » montre un canevas dont le motif est l’image agrandie de la photographie de Robert Capa reproduite sur la couverture du Time.
Le choix du canevas aux mailles très espacées (comme celui réalisé par Alix quand elle avait 6 ans) me permet d’évoquer le vide laissé par ces hommes disparus.

Canevas réalisé par Alix en 2000 (4 ans)

Canevas réalisé par Alix en 2000, à l’age de 4 ans

La taille du canevas délibérément grande par rapport à l’image originale est une métaphore de l’importance de cet évènement dans l’imaginaire collectif.
NEVER MADE IT BACK comprend le roman  « Vertiges » de W.G. Sebald. W.G.Sebald n’a cessé de questionner la mémoire en réunissant les souvenirs oubliés ou refoulés, les textes ou les images ayant survécus.

«Vertiges», W.G. Sebald

«Vertiges», W.G. Sebald

Utilisant autant ses souvenirs personnels que les traces publiques de la mémoire collective, W.G. Sebald a tenté de donner sens à une mémoire qui lui échappait. D’origine allemande, né en 1944, W.G. Sebald était particulièrement concerné par cette période de l’après-guerre, s’interrogeant sur le désintérêt de la société allemande pour la destruction de l’Allemagne par les bombardements alliés de la fin de la guerre, souffrant du silence de la génération de son père sur les évènements de la guerre.
La ville de Brest, où Franck et Alix habitent, a été presque entièrement détruite à la fin de la deuxième guerre mondiale par les bombardements alliés.

Période

Février 2007 Mars 2007

Marie-Claire Raoul | NEVER MADE IT BACK
class="pirenko_portfolios-template-default single single-pirenko_portfolios postid-960 samba_theme samba_left_nav samba_left_align samba_responsive unselectable wpb-js-composer js-comp-ver-4.12 vc_responsive"